Conformément à la volonté de son fondateur Claude Delvincourt, l'O.N.M. eut pour objectif, en 1945, de fédérer les musiciens professionnels, afin d'harmoniser l'enseignement artistique et les pratiques musicales sur l'ensemble du territoire national.

Plusieurs décennies auront été nécessaires avant la création d'un statut destiné à celles et ceux qui font le choix d'exercer leurs compétences dans une collectivité territoriale.

Aujourd'hui, malgré l'aspect positif des acquis structurels et budgétaires attribués aux enseignements artistiques organisés par les collectivités, les personnels souffrent d'une pléthore de réglementations, issues d'un système technocratique qui ne cesse d'élargir son pouvoir sur la profession.

Qu'il s'agisse de textes statutaires ou de schémas d'orientations destinés aux Conservatoires de musique contrôlés par l’État, nous constatons une sémantique d'exigences inappropriées, qui découragent les talents et les vocations.

La situation dans les orchestres institutionnels ne semble pas davantage satisfaisante, alors que ces entités sont des messagers de l'excellence, indispensables à la pérennité des répertoires musicaux et aux références culturelles de la nation. Il en va de même pour les artistes sous contrats ponctuels, qu'ils soient instrumentistes, chanteurs, danseurs.

Quant aux professeurs indépendants, qui organisent leur enseignement sous la forme d'écoles privées, il serait juste de soutenir et d'encourager leurs activités, dès lors qu'ils accomplissent des prestations reconnues par une compétence acquise.

Si vous adhérez à ce constat, aux idées et aux valeurs que nous animons, alors rejoignez l'O.N.M. pour coopérer activement à ses missions. Vos convictions, vos compétences et votre vocation nous intéressent.

Le Conseil National de l'O.N.M.